L’Art des Fratellini : passion, innovation et transmission

L’héritage Fratellini : transmettre et innover

Parmi les enfants des trois frères, les Craddock connurent eux aussi la gloire.
François Fratellini et l’écuyère Jeanne Pérès eurent quatre garçons : Enrico dit Kiko (1906-1968), Albertino dit Berto (1909-1940), Paolino dit Popol (1913-1954), François dit Baba (1914-1981) et une fille adoptive, Ferdinanda. (1922-2014). Après l’apprentissage transmis par leur père et leurs oncles Paul et Albert, les ainés débutent sous le nom des Pierrots de Villette, puis avec leur petit frère Baba sous le nom des Kraddocks dans un numéro comique et acrobatique. En costumes de marins inspirés de la comédie musicale allemande Captain Craddock de Hans Schwarz (1931), ils innovent dans la cascade burlesque.
Au décès précoce d’Albertino les Kraddocks deviennent les trois Craddock. Une génération plus tôt le décès de Luigi avait soudé le célèbre trio. Acrobates,
cascadeurs, clowns, leur carrière et leur succès sont exceptionnels et les conduisent en France, Europe, USA, URSS, Chine… Ils prolongent un temps l’héritage clownesque familial avec le trio Fratellini junior qui revisite le répertoire de leurs ainés, tout en poursuivant la carrière d’acrobates comiques des Craddock.

Tino Fratellini

Fonds Fratellini – Franck Ph. Muller

Fils de Baba, Albertino dit Tino Fratellini (1947-1994) malheureusement décédé précocement, s’illustra comme  auguste, équilibriste en main à main (Tino et Toni, avec Antonio de Jesus Feirreira), Clown d’argent du XVIéme Festival international du cirque de Monte-Carlo en 1992 et chez Roncalli et chez Gruss entre autres.

Annie Fratellini (1932-1997) vient bousculer les genres. Petite-fille de Paul Fratellini, fille de Victor Fratellini, clown et trapéziste et de Suzanne Gervais, elle-même fille de Gaston Rousseau dernier directeur du Cirque de Paris, elle apprend la musique et l’acrobatie et débute en 1948 au cirque Medrano.

D’abord chanteuse et musicienne de jazz avec Philippe Brun, puis actrice de cinéma, elle épouse Pierre Granier-Deferre ; ensemble ils ont une fille, Valérie. Annie crée avec Pierre Etaix en 1971 un duo dont elle est l’Auguste et lui le Clown. Elle impose ainsi, la première, une femme Auguste dont le lien avec la Gelsomina créée par Giulietta Masina pour La Strada de Fellini (1954) est évident. Pierre Etaix, homme de cinéma amoureux du cirque et clown, et Annie Fratellini ouvrent une des deux premières écoles de cirque occidentales à Paris, en même temps que Sylvia Montfort et la famille Gruss.  « Dès 1972 Annie Fratellini et Pierre Étaix avaient remis à M. Duhamel, alors ministre des Affaires culturelles, un projet très complet, qui prévoyait leur association avec le Cadet Circus, à Etréchy, près d’Etampes »[6]. L’École nationale de cirque, crée en 1974, est aujourd’hui devenue L’Académie Fratellini, installée à Saint Denis dans les magnifiques locaux conçus par les architectes Patrick Bouchain et Loïc Julienne. Elle est une des deux écoles supérieures françaises avec celle du Centre national des arts du cirque. Annie Fratellini est décédée en 1997 âgée de 65 ans [7].

VIDEO. Duo clownesque : Annie Fratellini et Pierre Etaix

 00:03:29  ORTF

Voir le document

PDF. La Dame du cirque

 Jacob, Pascal  oct.-97  Arts de la piste

Voir sur rueetcirque.fr

Aujourd’hui, l’héritage des Fratellini vit grâce à une descendance qui compte plusieurs artistes de grand talent en activité.

Francesco, fils de Tino et de son épouse la danseuse Carol Tippetts, est engagé après une formation à l’Accademia d’Arte Circense de Vérone en Italie comme clown de reprise en 2009 chez Alexis Gruss, également acrobate sur cycle et voltigeur à cheval. Rebecca, sa sœur est écuyère au Cirque National Knie en Suisse.

Valérie Granier-Deferre dite Fratellini est clown et écuyère. Enfant, comme sa mère Annie, elle ne se destinait pas au cirque. Sa vocation est venue plus tard, au moment de l’engagement du duo d’Annie Fratellini et Pierre Étaix au cirque Pinder. Comme son aïeul Gustave, Valérie a changé d’itinéraire et choisi le cirque par passion. Elle est aujourd’hui directrice pédagogique et artistique de l’Académie éponyme où a été choisie la méthode de l’apprentissage pour préparer au Diplôme national supérieur professionnel d’artiste de cirque, en lien avec l’Université Paris 8, qui prépare à la Licence en théâtre.
« Le nom Fratellini est toujours synonyme d’apprentissage avec l’Académie Fratellini. Il y a tant de jeunes qui veulent « faire du cirque ».  Mon rôle est de leur transmettre les valeurs que j’ai apprises de mes parents et de mon travail au cirque : humilité et courage. »
[8]

VIDEO. Valérie Fratellini, le saut dans le vide

 2003  00:26:00  Colin, Stéphane

Voir sur rueetcirque.fr

L’Académie est un centre de formation d’apprentis qui, par la méthode de l’alternance, acquièrent les compétences dans les disciplines du cirque, en même temps qu’ils s’imprègnent des réalités de la pratique du métier. « Avant toute autre chose, je leur parle de passion parce que le cirque est bien un métier de passion sans laquelle nous ne pourrions pas accéder à cet art. » [9]

L’autre ambition de l’Académie est l’innovation.
« Les apprentis me demandent : qui va s’occuper de l’Académie après toi ? Je réponds : c’est vous les prochains, pourquoi ça devrait être mes filles ? Il a fallu attendre 1974 pour qu’Annie et Pierre ouvrent une école. C’est à vous maintenant de porter les valeurs de cette école. C’est vous les Fratellini pour les années qui viennent. Le cirque se choisit, s’apprend et se perpétue avec et grâce aux écoles qui l’enseignent. Le cirque est un art qui se transmet à tous ceux qui ont la passion ! » [10]

Un programme et des valeurs que ne renierait pas Gustave !

PDF. Vers une Académie Nationale des Arts du Cirque

 Gachet, Laurent  avr.-99  Arts de la piste

Voir sur rueetcirque.fr


[6] Jacques Richard, « Enfin une école de cirque », l’Aurore, 12 juin 1974, in François Amy de la Brétèque, Philippe Goudard (dir.), Trente ans de cirque. L’œuvre critique de Jacques Richard, Montpellier, PULM, 2016, à paraître.

[7] Annie Fatellini, Destin de clown, 1989.
En 1995, elle participe à la série de « Nuits magnétiques », « L’envol », produite par Catherine Soullard sur France-Culture, diffusée la semaine du 16 au 19 mai.

[8] Valérie Fratellini «De l’école à l’Académie Fratellini : 40 ans de passion », in Richard Etienne, Thérèse Perez-Roux, Josiane Vitali (dir.), Professionnalisation des métiers du cirque : des processus de formation et d’insertion aux épreuves identitaires, Paris, L’Harmattan, 2016. 11-17

[9] Ibid.

[10] Ibid.

Pages: 1 2 3 4 5