De la pensée à l’acte de création. Sur les traces du « chemin perdu » de Plume

Processus créatif d’une « forme de poème en acte » [8]

Chaque création de Plume est une œuvre globale constituée de fragments hétérogènes, instantanés de vie concrète et rêvée. Le processus consiste à savoir puiser ici et là des matériaux qui, par une alchimie mystérieuse, seront exploités, adaptés, transformés, détournés, en utilisant tous les possibles des arts du cirque et du spectacle. « Nos spectacles sont des formes de poésie en acte : cette spécificité, loin d’être limitante, nous offre un infini de déclinaisons. » [9]. Au départ, il y a une idée, qui peut naître d’une lecture, d’un évènement ou d’une promenade dans la nature. Rédigée sous la forme d’un poème, elle mature pendant près de deux ans dans l’imaginaire de Bernard Kudlak. Pour exemples, « Toiles » est né du désir de réveiller la puissance mythologique d’un chapiteau apparemment abandonné qui cache, sous ses voiles et dans l’ombre, un monde vivant.

C’est une goutte d’eau due au dérèglement d’un climatiseur qui a été le point de départ de la création de « Plic Ploc ». Cette goutte d’eau conduit à l’inondation et à un monde en voie de destruction qui provoque paradoxalement les débordements les plus euphoriques. Ces idées sont ensuite mises à l’épreuve du réel pendant trois phases d’écriture au plateau au cours desquelles sont explorées avec les artistes des pistes de travail qui ouvrent des champs de métaphores possibles. Selon les besoins, des auditions sont organisées pour intégrer de  nouveaux circassiens à l’équipe. C’est pendant ces temps de laboratoire d’environ quatre semaines (en salle puis sous chapiteau) que la troupe, isolée dans une sorte de bulle, trouve une cohésion propice à lever les inhibitions.[10] Au travers d’improvisations et de situations de jeu liées à la thématique,  de nouvelles propositions émergent tant au niveau de la pratique circassienne, que de la création musicale, plastique, lumière ou de la faisabilité technique.

La recherche est nourrie par les carnets de dessin de Bernard Kudlak, le visionnage de films, la lecture, la peinture… Rien n’est encore fixé. Une première trame rythmique naît grâce à l’apport de la musique, dont la partition signée jusqu’en 2012 par Robert Miny, compositeur et ami de Bernard Kudlak, se lie intimement à la partition scénique. « Il était la moitié des spectacles », dit Bernard Kudlak, « lui et moi nous en étions les co-auteurs. »

La rédaction des dossiers de création permet ensuite de préciser les intentions, la philosophie générale, la structure séquentielle et les matériaux avant de passer à la réalisation dont la durée est approximativement de 13 semaines.

PDF. Carnet de création du spectacle "Plic Ploc"

Kudlak, Bernard juin.-02 à mai.-04

Voir le document

Plume n’est pas une création collective, Bernard Kudlak assume seul depuis No Animo Mas Anima l’écriture et la mise en espace. Il travaille sur plusieurs dimensions, physique, spatiale, relationnelle, mythologique, consciente ou poétique. Son rôle, en phase de réalisation, est de réussir à combiner tous les espaces, toutes les nuances pour trouver la note juste. Il fait des choix, coupe, recompose, déplace, assemble la matière comme le sculpteur. Il signe « la cohérence de l’œuvre scénique, les artistes en piste en signent la réalité. Chacun trouve sa place et sa part dans la création. » [10]


[8] citation Henry Miller

[9] Plic Ploc, carnets de création. Ed. du Layeur 2006

[10] Cirque Plume. Gwenola David, éd. Actes Sud/CNAC

Pages: 1 2 3 4 5