Retour

Edito. Stradda, obstinément curieux

Cela fait dix ans que Stradda, obstinément curieux, interroge et informe sur ce qui se joue au travers des expressions artistiques dans l’espace public et du cirque, dans leurs croisements avec d’autres domaines de création tout autant qu’avec des problématiques sociétales. Dix ans d’engagement et de passion pour ces champs et hors-champs artistiques à propos desquels nous pensons que les artistes qui s’en réclament sont parmi les plus inventifs et les moins attendus de leurs contemporains.Dix ans à faire vivre Stradda, unique titre consacré aux formes actuelles de la création : arts de la rue, cirque, et de quantité d’autres disciplines tels que les arts plastiques, la musique et la création sonore, la danse, la photographie, la performance ou encore l’architecture et l’urbanisme. Le magazine s’est construit au service des professionnels (artistes et institutions, intéressés précisément par l’information professionnelle apportée par les Brèves) et d’un public composite et curieux.

Stradda a contribué à faire émerger la magie nouvelle (« Magie nouvelle, un art contemporain »), la création cinématographique circassienne (« Screen circus »), a rendu compte de la montée en puissance de la création sonore en espace public (« Au-delà des murs, le son ») et a concentré l’attention sur des phénomènes artistiques repérés pour lesquels un point de vue synthétique manquait. Ce fut le cas pour « Génération clown » et certains projets artistiques dans l’espace public faisant œuvre politique (« Résistances artistiques », « L’art peut-il sauver la planète ? », « Les artistes font-ils face aux crises migratoire et climatique ? »).
Stradda a témoigné de la complicité du cirque et des arts dans l’espace public avec la danse (« Corps extrêmes : cirque et danse, performance » et « Danser l’espace »), le street art (« L’élan de la rue »), l’écrit et les littératures (« Edition : le cirque en toutes lettres », « Les mots bougent la ville »), la création jeune public (« Inventer pour l’enfance et la jeunesse »). Par ailleurs, nous avons appréhendé les manières qu’ont les artistes de s’emparer des questions qui traversent leurs temps (« Résistances artistiques », « Crise migratoire, dérèglement climatique : les artistes font-ils face » ou « L’art peut-il sauver la planète ? »), au risque de susciter la polémique.La dimension internationale a aussi été pour Stradda un terrain naturel, car il en va ainsi pour les artistes. Que ce soit en observant « Les nouvelles géographies culturelles », la création « Hors hexagone », en « Europes effervescentes » aussi bien qu’en « Afriques : éclats de rue et créations », nous avons voulu rester « À l’écoute du monde ».

Nous avons réalisé ce numéro double pour célébrer cet anniversaire en revenant sur les tendances marquantes de la décennie. Sa sortie coïncide aussi avec l’aboutissement du processus de fusion entre le Centre national du Théâtre et HorsLesMurs, centre national de ressources des arts de la rue et du cirque qui édite votre magazine, et la métamorphose de Stradda en une  revue qui paraîtra en 2017.

Nous nous faisons les porte-parole de l’équipe de Stradda pour remercier chaleureusement l’ensemble des collaborateurs, auteurs, journalistes et professionnels des secteurs qui ont apporté leurs contributions – chacunes et chacuns avec leurs talents et leurs enthousiasmes durant ces dix ans !

 

Julien Rosemberg, redacteur en chef
isabelle drubigny, redactrice en chef adjointe

 

ARTCeNa, 
Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, devrait voir le jour fin juin et proposer, début 2017, 
une revue consacrée aux formes actuelles de création mêlant principalement cirque, arts en espace public et formes théâtrales.